MaDjerba

Informations pratiques pour séjourner ou vivre à Djerba

30 septembre 2014

Djerba, un jour de grève générale

Feu

EnfantMasqué

DéchargeClinique

ChienMort

Photos : Djamila Meliani

Gnet

 

Article dans son intégralité en cliquant ici.
Vidéo Facebook de l'interview .


29 septembre 2014

Effet Boomerang

28 septembre 2014

Poubelle Awards

Entre un must et un autre, programmés le même jour, lequel choisir : Pataugeoire glam-flop à Hammamet vs manifestation à Tunis ? La Ministre du Tourisme a fait son choix.

Entre une photo et une autre, prises le même jour, laquelle qualifier de "désolante" ? Un certain média a fait son choix.

ImagesChoc

Certains djerbiens, à saluer, s'organisent désormais non seulement pour réduire leurs déchets mais également pour entreprendre des opérations de "pré-nettoyage" en attendant que les effets d'annonce se transforment en action concrète sur le terrain. Des revendications claires ont été énnoncées en 8 points précis, exigeant  notamment la création de centres locaux de gestion des déchets correctement exploités, point sur lequel tous les djerbiens ne s'accordent pas à entendre certains slogans dans la vidéo ci-dessous (1).


Malheureusement, l'immense majorité continue à se contenter de rester dans la protestation sur les réseaux sociaux et si les tas d'immondices se multiplient, le nombre de poubelles financées par des particuliers n'en a pas pour autant augmenté. Le "Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais" est hélas trop souvent de rigueur également, pour preuve le nombre de bouteilles d'eau jetées à terre après les dernières manifestations à Houmt Souk, les feux de poubelle (2) continuent de polluer l'air (contenu brûlé dans le contenant), la consommation toujours aussi importante de sachets aux caisses des grandes surfaces, les cages de collecte de bouteilles plastique trop vite saturées car peu se donnent la peine de simplement les compacter, etc.

 

AlbumMeninxNews

Source : Meninx News

 

RéunionActionNettoyage



L'automne et ses promesses (peut-être vaines) de quelques pluies laissent craindre à certains de vivre l'amour de Djerba aux temps du choléra...

(1) Refus de certains djerbiens décharges sur l'île ("Ni Mellita, ni Guellala")
(2) Sans tri préalable

26 septembre 2014

Médiatisation de la crise des déchets

Une semaine de tournage, 4 de montage, ce documentaire de 50 mn sur la crise des déchets que traverse la Tunisie sera diffusé sur FR3 et LCP vers la fin octobre. Nicolas Beau est allé à la rencontre de différents représentants de la société civile pour tenter de comprendre les causes de cet énorme dysfonctionnement à l'échelle nationale.

Après un passage à Zarzis, une petite journée à Djerba, où il a pu filmer les manifestants en pleine action en cette première journée de la grève décrétée par l'UTICA et interviewer Naceur Bouabid, Président de l'Assidje, Nicolas Beau et sa petite équipe se dirigeaient le soir-même sur Kairouan.

Il semblerait que le reportage abordera plutôt les aspects techniques de la question sans trop rentrer dans les considérations politiques spécifiques à chaque ville visitée, "faute de temps".

Dommage, on chuchote bien des choses à propos notamment du "recyclage" des LPR à la cause verte et de certains militants avançant sans afficher clairement leur couleur politique.

Tournage

NB&NB

Photos : Djamila Meliani

 

Hier donc, nouvelle manifestation au coeur d'Houmt Souk, nouvelle opération "ville morte" et blocage de l'accès à l'aéroport.

BlocageAéroport


Photo de Wâël Nàcèür

Le 30 septembre prochain, tous les villages de l'île cette fois, devraient obserber une nouvelle journée de grève générale, indépendante de celles organisées par l'UTICA, accusée  par certains de diviser les habitants de l'île.

La sortie de crise n'est pas prête de se faire. Grèves, manifestations, couvertures médiatiques nationales et internationales n'ont à ce jour trouvé aucun écho auprès des autorités.

Par ailleurs, afin de minimiser les dégâts et en attendant LA solution, quelques-uns résistent de façon plus concrète en minimisant leur production de déchets. Depuis le début de la crise, à Erriadh par exemple, les habitants du village ont pour la plupart pris la decison de garder chez eux les déchets secs et donc ne jettent plus les plastiques, les verres et les cartons conservés chez eux en attendant que la situation s'améliore.

La plupart des maisons ont des niches dans lesquelles les poubelles sont rangées ce qui évite que les chats viennent dechirer les sacs et répartissent les poubelles.

Enfin l'Association des Les Amis De La Médina _ Erriadh finance un balayage privé des rues (cotisation des membres).

Un appel aux bénévoles pour entamer une campagne de nettoyage le 30 septembre a été lancé sur la page Jerba Actions.

24 septembre 2014

Campagne contre la violence faite aux femmes

Posté par madjerba à 15:16 - 13. Informations diverses - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Salaires : Egalité Hommes/Femmes

Posté par madjerba à 15:14 - 13. Informations diverses - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

23 septembre 2014

Exposition Photos "Insularités"

ExpoIles

Posté par madjerba à 21:23 - 05. VISITES ET EVENEMENTS CULTURELS - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Une mégalo djerbienne, candidate à la Présidence

22 septembre 2014

Communiqué Assidje sur la prochaine grève générale

Source.

CommuniquéAssidje

21 septembre 2014

Nouvelle grève de 2 jours

L'Utica de Djerba a annoncé une grève générale de 2 jours les 25 et 26 septembre prochains en réponse à l'inertie des autorités face à la crise des déchets.

AnnonceGrèveDjerba

Source : DjerbaScoop.




19 septembre 2014

Houmt Souk, une nuit après

EsthétiqueEnvironnement

A l'entrée de la ville via la route touristique, un vieux panneau nous rappelle que sous l'ancien régime la cause environnementale n'était qu'une question de façade esthétique, et que depuis 2011 aucune politique globale sérieuse n'a pris la question problématique de la gestion des déchets, non seulement à Djerba mais dans tout le pays.

A ce jour encore, l'environnement est le cheval de Troie de certains politiques, bien heureux de trouver là une occasion de rallier à leurs listes respectives les électeurs désespérés, politiques habiles au mégaphone ou au micro mais jamais dans l'action ou avec des propositions concrètes.

Houmt Souk a donc connu hier soir la furie de quelques casseurs qui ont barré les routes, incendié des dépôts d'immondices agravant par la même la situation environnementale. Il est donc impossible de d'honorer ces personnes des qualificatifs  de citoyens responsables et engagés ou encore de protestataires.

Ce matin à 07h00 la circulation était rétablie, les barrages levés notamment à l'entrée d'Houmt Souk et sur la route de l'aéroport.

EntréeHoumtSouk

 

RouteAéroport

 

Marina


De nombreux écrans de fumée témoignent encore à cette heure de l'inconscience de ces individus. La vie reprend son cours. Quelques petite opérations de nettoyage ont eu lieu comme au rond-point de la Marina. D'autres sont en cours, comme l'exctinction des feux par les pompiers. Les piétons doivent sinuer entre les détritus sur du macadam brûlé en se bouchant le nez.

ExtinctionFeu


Hier, je regrettais un certain manque de solidarité des autres villages de l'île. Aujourd'hui, je me souviens que Guellala, à ses heures les plus tendues dans son combat contre la décharge qui la pollue, s'était retrouvée bien seule.

A chacun aujourd'hui de prendre ses responsabilités et sa part de l'ouvrage pour la "reconstruction" en minimisant son impact environnemental en attendant que les autorités dites "compétentes" daignent venir à la rencontre de la population djerbienne et apporter une solution à cette question vitale.

Photos : Djamila Meliani

18 septembre 2014

Djerba : Lettre ouverte au Chef du gouvernement

"Monsieur Le Chef du gouvernement,

La crise des déchets à Djerba a fait de l’existence du Djerbien dans son île un enfer indescriptible, et réduit son quotidien à un véritable calvaire insoutenable. Les images transmises à la télévision des tonnes d’ordures amoncelées partout où le regard peut porter, multiformes, à haut degré d’humidité et nauséabondes, ne sont rien devant la vue en permanence de ce spectacle désolant, devant le côtoiement au quotidien de ces foyers de nuisance, devant l’inhalation obligée des odeurs de puanteur et des fumées de détritus brûlés. Vous n’avez pas jugé utile de faire le déplacement à Djerba pour constater de visu la catastrophe dans toute son ampleur, le mal d’une île dans toute sa gravité, pour lire dans les yeux la désolation d’une population désemparée et désespérée. Nous comprenons que vous ayez d’autres dossiers à traiter, dont celui inhérent au terrorisme, et que vous n’ayez que faire de la crise des déchets à Djerba, dont vous avez délégué le traitement à d’autres membres de votre gouvernement, mais la santé de vos concitoyens exposés au risque imminent d’une épidémie résultant du séjour prolongé des ordures, et victimes déjà d’allergies et d’infections cutanées n’est rien à vos yeux? N’est-ce pas du terrorisme qu’une bande de citoyens imposent leur diktat et qu’ils interdisent aux engins de l’Etat l’accès à une décharge contrôlée, soumettant une entière population de 150 000 habitants à un calvaire interminable et angoissant ? Un tel contexte de malaise généralisé, de déception et de désespoir ne constitue-t-il pas une meilleure aubaine pour les pêcheurs dans les eaux troubles de s’infiltrer et de commettre leur forfait ?

Depuis la fermeture de la décharge contrôlée de Guellala en avril 2012, cette pauvre population voyait le mal proliférer, la nuisance croître, l’espoir s’amenuiser, mais elle a toujours su mesurer, avec sagesse et bon sens, ses réactions et tempérer les ardeurs. Les rapports fallacieux qui vous ont été communiqués sur l’attitude peu concordante des intervenants locaux vous ont induit en erreur, et vous ont amené à vous résoudre que la responsabilité de la persistance de la crise incombe aux Djerbiens qui n’ont finalement que ce qu’ils méritent. Cette population à qui, croyons-nous savoir, vous vous entêtez à faire assumer la responsabilité du fiasco, est en train de payer chèrement le tribut d’une mauvaise gestion de la crise par les gouvernements consécutifs, dont le vôtre. Nous avons vu comment les Ministres et Secrétaires d’Etat venaient à Djerba, comment se préparaient les réunions et dans quelles conditions elles se déroulaient : une mascarade sans plus, beaucoup d’improvisation, de brouhaha et de confusion. Cette population, maudite sans raison, a l’impression qu’elle est lâchée, trahie, abandonnée à son triste sort ; les Djerbiens s’indignent du sort ingrat réservé à leur île, qui a tout donné sans calcul, qui a contribué remarquablement à la résurgence et l’essor de notre pays depuis les premières heures de l’indépendance, mais au lieu d’avoir droit à plus d’égard et de considérations dans ce grave contexte de crise, voilà qu’elle est ingratement marginalisée et oubliée. Monsieur Le Chef du Gouvernement, est-ce trop demandé pour une île que d’avoir le droit d’accès à une décharge contrôlée, gérée dans les normes ? Ces Djerbiens diabolisés par vos siens n’ont jamais rien demandé par le passé, mais aujourd’hui, ils ne demandent qu’une chose, et en toute urgence : que toutes ces tonnes d’ordures soient acheminées vers une décharge contrôlée et que la folie des décharges anarchiques soient à jamais bannie.

Depuis le 17 avril 2012, 137 000 tonnes de déchets produits à Djerba ont été déversées dans la nature, dans maints endroits du territoire insulaire, fragiles et vulnérables ? N’est-ce pas assez ? N’est-ce pas un crime contre la nature et l’environnement, alors que deux décharges contrôlées se trouvent dans les parages ? N’est-ce pas trop pour une île, pour son écosystème et pour sa biodiversité ? 

La société civile se propose de contribuer à l’allègement du volume des déchets, se dit prête à entamer un programme de valorisation des déchets par tri séparatif et compostage et à se mobiliser à cet effet pour davantage de sensibilisation des citoyens, et elle n’attend que ces tonnes d’ordures soient déménagées pour entrer en action, mais il ne revient qu’à l’Etat de s’acquitter d’un tel devoir et qu’à ses représentants de remplir les missions qui leur sont assignées. 

Nos enfants reprennent le chemin de l’école à partir de ce lundi, et combien nous aurions aimé qu’ils n'aient plus à côtoyer les amas d’ordures, ni à inhaler les fumées nocives des déchets brûlés ; dans quelques jours se produit à Djerba l’événement artistique Djerba Hood en présence de grandes personnalités étrangères de la culture et de beaucoup d’artistes de plusieurs pays ; à la fin de ce mois, 26, 27 et 28 septembre, sera organisée à Djerba une conférence internationale sur l’insularité en présence d’éminents universitaires représentant différentes îles du monde ; dans ce contexte de la rentrée scolaire, et à la veille de ces grandes manifestations, je me permets, Monsieur le Chef du Gouvernement, de vous interpeller, d’interpeller votre conscience pour venir au secours d’une île en perdition. Venez entendre le cri de détresse d’une frange de la population d’un pays que vous gouvernez, voir ce que nous voyons au quotidien, inhaler ce que nous inhalons, bon gré mal gré et à pleins poumons, et supporter ce que nous supportons. Venez admirer le spectacle nocturne des déchets éparpillés d’un bas-côté à l’autre et des brasiers, barrant carrément la voie de circulation et contraignant les véhicules, dont des bus chargés de touristes à peine arrivés et en route vers leurs hôtels, à rebrousser chemin et à trouver d’autres voies de passage. La colère de la population est à son comble, et elle n’a plus rien à perdre, après 27 mois d’attente vaine et stérile ; les prochains jours ne seront pas de tout repos, et il est à s’attendre à des décisions d’actions d’envergure à la hauteur de l’ampleur de la crise et de l’inefficience de l’apport du gouvernement que vous présidez."

Naceur Bouabid
Président de l’Association pour la Sauvegarde de l’Île de Djerba

Opération Houmt Souk, ville morte

La mobilisation générale d'Houmt Souk est une vraie réussite. Tous les commerçants ont répondu à l'appel de grève générale.

Dès ce matin 8h00 donc, les premiers manifestants affluaient sur l'avenue Habib Bourguiba  et se regroupaient face à la municipalité. Lassés des effets d'annonce de solution à la grave crise des déchets que connaît l'île depuis des mois, de très nombreuses personnes se sont déplacées pour exprimer leur mécontentement, exiger des solutions rapides mais durables et la démission de l'équipe municipale et du gouverneur.

Par ailleurs, en entrée de ville, des détritus ont été éparpillés sur la chaussée obligeant les automobilistes à slalomer entre des tas de détritus.

La manifestation se voulait apolitique et tous partis et coprs de métier confondus, particuliers, commerçants, lycéens ont défilé tous ensemble pour scander notamment : "La poule aux oeufs d'or agonise".

On peut regretter toutefois que les autres villages de l'île, notamment Midoun, ne se soient pas ralliés à ce mouvement, manquant une occasion de se montrer solidaires et confirmant l'impression que trop souvent sous nos cieux "chacun balaie devant sa porte".

P.S. :
- Les pharmaciens de Midoun se sont portés solidaires du mouvement.
- L'UTICA d'Ajim a rédigé une lettre de soutien.
- La FRH marque son mécontentement par le boycott du paiement des taxes.

Avenue

BoutiquesFermées

BarrageRoutier

CorpsMédical

Magistrature

MarcheSyndicale

MonOxygène

Municipalité

Najiba

PouleAgonisante

Respirer

 

Revendications

 

Photos : Djamila Meliani

17 septembre 2014

Djerba en grève générale ce 18 septembre 2014

En protestation à la crise des déchets que connaît l'île de Djerba depuis plusieurs mois, une grève générale a été annoncée sur les réseaux sociaux pour ce jeudi 18 septembre. Alors qu'une opération d'urgence de nettoyage rapide a été annoncée par voie de presse pour aujourd'hui, ce matin, en plein coeur d'Houmt Souk, des amas de détritus continuaient de se consumer.

Beaucoup craignent en effet un énième effet d'annonce.

FeuPoubelles1

FeuPoubelles2

Photos : Djamila Meliani

 

14 septembre 2014

L'Arbre du Livre à Erriadh

ArbreLivre

13 septembre 2014

Journées du Cinéma Européen - 21ème Session

Page Facebook de l'évènement.

AfficheCinéEuropéen


A Djerba, l'ouverture de ce programme cinématographique aura lieu le samedi 20 septembre prochain à 19H00 par la projection du film "Démocratie Année Zéro" en présence du réalisateur Christophe Cotteret, à la Maison De La Culture Farid Ghazi.

Dimanche 21 septembre

17h00 :  " C'est Dimanche" (court-métrage) - France
17h30 : "Bouts de vie, Bouts de Rêve" - Algérie


Mardi 23 septembre

18h00 : " Njah" (court- métrage) - Tunisie
18h00 :  "Art of Amalia" - Portugal


Mercredi 24 septembre

18h00 : "Sound of Heimat" - Allemagne


Jeudi 25 septembre

18h00 : " Saïda" (court-métrage) - Tunisie
18h00 :  " Jappeloup" - France


Vendredi 26 septembre

17h30 : "The End" (court-métrage) - Mauritanie
18h00 : "Mapa" - Espagne


Samedi 27 septembre

16h30 : " L'Infidèle" - Italie 

La projection sera suivie d'une table ronde organisée par INTERACT ENPI
dans le cadre de la journée de la coopération européenne sur la coopération transfrontalière. 


Dimanche 28 septembre

16h30 : "La Paix avec les Phoques" - République Tchèque
18h00 : "Les Tourmentes " - Belgique, Wallonie-Bruxelles


Mardi 30 septembre

18h00 : "J’ai habité deux fois l’absence " - Algérie
18h30  : "Le Goût à la Vie" - Pologne
 

 

Espace G2L, nouveau concept store à Erriadh

L'inauguration de ce très bel espace au coeur d'Erriadh se fera le 19 septembre prochain. Après les boutiques Hara'In et Dyghet, Erriadh élargit sa palette de propositions de créations artisanales et artistiques avec ce concept store.

George, son créateur, s'est confié à TourisMag et partagera l'actualité de son espace sur sa page Facebook.

G2L

GeorgeG2L

 

G2L1

TerrasseG2L



Photos : Djamila Meliani

 

12 septembre 2014

El Fondouk

LogoElFondouk

Magnifique caravansérail de près de 350 ans, situé face à l'auberge de jeunesse d'Houmt Souk, en pleine zone historique et piétonne donc, El Fondouk sera inauguré d'ici fin septembre 2014 au plus tard. Sa rennaissance est l'oeuvre de trois trentenaires, Hédi, Slim et Fathi qui en début d'année ont eu un coup de coeur les amenant à se projeter dans cet espace et à lui rendre toute sa splendeur.

Une magnifique toile blanche et bleue ajourée protège le patio de la force du soleil laissant la lumière imprimer le sol de façon féérique. Les équipements sont tous de très haute technologie. Dans la partie café couvert, on peut découvrir un magnifique bar blanc lumineux et un espace bibliothèque.

Une fontaine a été créée de toutes pièces pour rajouter à la sensation de repos et de fraîcheur.

Une des pièces du rez-de-chaussée est réservée à un atelier traditionnel de tissage. Une autre accueillera des pièces artisanales de Dar Jilani.

Le Foundouk El Attarine, établissement très réputé de Tunis, est leur source d'inspiration.

En un temps record, Hédi, Slim et Fathi et toute leur équipe ont réussi à rénover intégralement ce caravansérail, à le magnifier, le moderniser et le destinent à devenir un café/restaurant (carte internationale) et un espace culturel, via l'organisation de concerts acoustiques traditionnels notamment. Cet endroit deviendra incontestablement un endroit phare de l'île de Djerba.

Rendez-vous donc pour de plus amples informations et plus d'images dès l'inauguration !

Fondouk1

 

Fondouk2

EntréeFondouk

Photos : Djamila Meliani



.

Exposition de Rachel Duby "Lumière de Tunisie"

LumièresTunisie

Nawel Ben Kraiem au Festival Pop In Djerba 2014

Page Facebook "Pop in Djerba - Edition 2014"

 

PopInDjerba

 



Fin »